Textes liturgiques (année B) : Is 63, 16b-17.19b ; 64, 2b-7 ; Ps 79 (80) ; 1 Co 1, 3-9 ; Mc 13, 33-37

Dans l’histoire d’Israël il y a toujours eu des prophètes qui étaient là pour les réorienter sans cesse vers Dieu dès qu’ils s’en éloignaient. C’est Isaïe qui, lui aussi, dans sa prière rappelle tout ce que Dieu a fait pour eux : ‘Jamais on a entendu, jamais on n’a ouï dire, nul œil n’a jamais vu un autre dieu que toi agir ainsi pour celui qui l’attend.’ Aussi les supplie-t-il de revenir au Seigneur et d’implorer son pardon. Qu’ils n’oublient pas que c’est Dieu qui les a façonnés, qu’ils sont l’ouvrage de ses mains ! De son côté, lui, St Paul, qui accompagne les premières communautés chrétiennes, se réjouit en voyants que les corinthiens ont su se rendre pleinement réceptifs à la grâce. ‘Aucun don de grâce ne vous manquent, à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ’. C’est à cette vigilance et cette veille constante que le Christ appelle ses disciples afin qu’après leur être enlevé ils restent dans l’attente de son retour.

Cet appel nous rejoint tous et ce à toutes les époques de l’histoire. En effet nous sommes appelés à une vocation unique, celle de devenir fils et filles de Dieu dans le Christ, le Fils du Père. C’est un don qui nous est fait et qui implique notre plein engagement. Comment pourrions-nous hésiter à répondre à cette Bonne Nouvelle que le Christ vient nous révéler ? Il s’est fait homme justement pour nous rejoindre afin de nous conduire au Père. Il l’a fait au prix de sa vie comme celui qui se jette à l’eau pour sauver l’homme qui se noie. Oui, Jésus est venu nous sauver de la mort. Pourrions-nous rester indifférents à cette grâce infinie qui nous est offerte ? Il faut pour cela que nous cherchions à nous rendre le plus disponible possible, à être des veilleurs. Être veilleur c’est apprendre à voir dans la nuit, à exercer nos capteurs, nos sens spirituels pour percevoir la venue de Dieu qui est déjà à l’œuvre dans nos cœurs et que nous espérons rencontrer un jour en plénitude. L’Avent est un temps qui justement nous est donné pour vivre une réelle conversion et nous préparer à la venue de notre Sauveur. Notre vie tout entière devrait être habitée par cette attente de Dieu. Nous devons donc, en quelque sorte, chercher à décoder le message que Dieu veut nous révéler. C’est-à-dire entrer dans une communion toujours plus profonde et plus belle avec le Seigneur. Il veut nous rejoindre et pour cela il nous prépare à cette rencontre qui ne peut se vivre que dans la foi et dans l’amour. ‘On obtient rien de Dieu que par l’amour’ nous dit St Jean de la Croix.

Nous avons cette grâce d’avoir reçu la foi. C’est donc dans la foi en ce Dieu qui a rejoint et assumé entièrement notre humanité, que nous pouvons bâtir notre vie et nous ouvrir progressivement à la vie que Dieu veut nous offrir. A nous d’apprendre à lire, à écouter, à méditer la Parole de Dieu qui ne cessera jamais de nous éclairer. A nous de savoir l’accueillir et d’en vivre afin que notre vie ne soit plus repliée sur nous-même mais ouverte et offerte à Dieu. Croyons que nous pouvons déjà nous laisser saisir par le Seigneur comme l’a été St Paul : ‘Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus’ Ph 3, 12.

Apprenons à découvrir Dieu présent au cœur de nos vies, Dieu qui veut partager son repas avec nous comme nous l’avons entendu dans le livre de l’Apocalypse. Dieu qui se donne lui-même en nourriture dans son Eucharistie ! Laissons-nous donc rejoindre par le Seigneur qui ne désire qu’une chose : notre salut ! Comme Elisabeth de la Trinité, soyons tout éveillés dans notre foi pour communier déjà à l’amour que Dieu veut nous offrir. Que nous sachions nous orienter de tout notre être vers celui qui nous appelle et qui veut nous donner la vie en abondance. Appliquons-nous donc à nous ouvrir à la grâce. Marchons dans la foi avec celui qui nous accompagne et qui nous envoie : ‘Allez donc, de toutes les nations faites des disciples…je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde’ nous dit le Seigneur. Mais nous ne pourrons être ses témoins que si nous sommes habités par son amour. Croyons que le Seigneur est présent dans nos vies et qu’il nous écoute sitôt que nous l’invoquons. Apprenons à vivre en union avec notre Dieu qui s’est fait homme, qui s’est fait petit enfant pour nous rejoindre et nous conduire dans son royaume.

Fr. Bernard Bézier, ocd - (couvent d’Avon)